Avenir de l’usine Uniboard de Val-d’Or

« Le gouvernement doit intervenir pour la sauvegarde de nos emplois »
— Ronald Nantel, représentant national d’Unifor
— Gilles Chapadeau, conseiller régional de la FTQ

Val d’Or, 13 novembre 2014 – En conférence de presse face à l’usine Uniboard ce matin, les représentants syndicaux ont interpellé le gouvernement libéral afin qu’il agisse pour soutenir la modernisation des équipements. « Nous avons écrit au ministre de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations, Jacques Daoust, afin de lui demander une rencontre pour échanger à propos de nos inquiétudes et à ce jour, nous n’avons reçu aucune nouvelle », a indiqué M. Nantel.

Le syndicat est inquiet du fait que ce sont les travailleurs qui se trouvent pris en otage dans ce dossier. « Il semble que le gouvernement ne veut pas soutenir le projet de modernisation des équipements. Le problème, c’est qu’à moyen et long terme, cette usine ne pourra survivre sans des investissements, car elle ne répond plus aux nouvelles exigences environnementales », a expliqué pour sa part M. Chapadeau.

Dans l’intervalle, la menace de fermeture plane et les travailleurs s’inquiètent pour leur avenir. « On ne peut pas laisser les gens entre deux chaises comme c’est le cas en ce moment. Il faut absolument que le gouvernement s’en mêle et trouve une solution afin de préserver nos emplois. Ce sont près de 150 emplois syndiqués à l’usine qui sont en jeu et c’est sans compter les centaines d’autres indirects qui en dépendent. C’est énorme pour notre région », ont conclu les représentants syndicaux.

À propos du projet Unifor

Pendant près de deux ans, le Syndicat canadien des communications, de l’énergie et du papier (SCEP) et les Travailleurs canadiens de l’automobile (TCA) ont travaillé au processus de création d’un nouveau syndicat, processus qui a abouti, le 31 août 2013, à la fondation du syndicat Unifor à Toronto. Unifor représente plus de 300 000 membres au Canada et compte près de 55 000 membres au Québec. Unifor est aussi affilié à la plus grande centrale syndicale québécoise, la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ).

Source : Unifor-Québec