DAVID CONTRE GOLIATH « Nous demandons à Tembec de se comporter comme un bon citoyen corporatif », Gilles Chapadeau, conseiller régional de la FTQ

Rouyn-Noranda, le 10 juin 2009 – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) en Abitibi-Témiscamingue et Nord-du-Québec est fort préoccupée par l’entêtement de Tembec dans sa poursuite judiciaire contre l’entreprise Précibois de Barraute, poursuite qui risque de compromette la survie de Précibois.

« À notre avis, la compagnie Tembec qui a largement été compensée par l’obtention de plus de 120 000 mètres cubes de bois, doit laisser tomber sa poursuite contre Précibois puisqu’elle n’a rien à gagner dans cette histoire. Nous questionnons les raisons qui motivent cette grande entreprise à mettre en danger une entreprise régionale », a déclaré Gilles Chapadeau, conseiller régional de la FTQ.

« Alors que l’on entend de grands discours sur la nécessité de changer nos façons de faire dans le secteur forestier afin de fabriquer des produits de 2e et 3e transformation à valeur ajoutée, ici, dans notre région, nous avons Précibois qui œuvre justement dans ce genre de créneau. Il s’agit d’une entreprise qui lutte pour se maintenir en vie et pour garder les emplois dans sa collectivité », a expliqué M. Chapadeau.

« C’est toute la région qui doit se mobiliser derrière Précibois et la municipalité de Barraute; il est temps de faire savoir à Tembec, une entreprise multinationale, que nous n’acceptons pas sa façon d’agir et que nous les tiendrons responsables de ce qui pourrait arriver à Précibois», a averti le conseiller régional.

«Puisqu’il est difficile de faire comprendre le bon sens à certains cadres de cette entreprise, nous demandons une intervention directe de James Lopez; un règlement dans cette affaire est à l’avantage de Tembec et de Précibois, mais surtout à l’avantage des travailleurs et travailleuses ainsi que de toute la collectivité de Barraute», de dire Gilles Chapadeau

« Il est peut-être également temps que le ministre des Ressources naturelles et de la Faune, Claude Béchard, intervienne dans ce dossier. La nomination d’un médiateur pourrait être une solution à envisager si Tembec n’entend pas raison », a conclu M. Chapadeau.

– 30 –

Source : Gilles Chapadeau, conseiller régional FTQ – (819) 279-7828