« Des travailleurs tunisiens au détriment de la main-d’oeuvre locale à la mine Langlois de Lebel-sur-Quévillon! » – Gilles Chapadeau, conseiller régional FTQ

Photo de Gilles Chapadeau

Gilles Chapadeau,conseiller régional FTQ.

Rouyn-Noranda, le 19 octobre 2007 – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) de l’Abitibi-Témiscamingue et Nord-du-Québec a été informée que la minière Breakwater, qui exploite la mine Langlois à Lebel-sur-Quévillon, a demandé à Immigration Canada 47 permis de travail pour des travailleurs venant de la Tunisie.

« Nous avons dénoncé le fait que pendant que nos travailleurs de la forêt se retrouvent sans emploi, les entreprises minières vont chercher leur main-d’oeuvre dans d’autres provinces. Mais là, c’est le comble de l’indécence! Pendant que toute l’économie d’une ville vit ses pires moments, la mine Langlois tente d’importer de la main-d’oeuvre de l’extérieur du pays. Les gens de Lebel-sur-Quévillon ne demandent pas mieux que de recevoir de la formation et travailler », déclare Gilles Chapadeau, conseiller régional FTQ.

« Comment peut-on permettre que l’on exploite nos ressources naturelles dans un territoire où on ne privilégie pas les travailleurs de cette région? » ajoute M. Chapadeau.

La FTQ est la plus grande centrale syndicale québécoise avec plus de un demi-million de membres.

– 30 –

Source : FTQ Abitibi-Témiscamingue et Nord-du-Québec
Pour information : Gilles Chapadeau : 819 279-7828