Dossier Optibois Précibois « Décidément, la conférence régionale des élus ne comprend rien et manque totalement de respect pour les travailleurs et leurs représentants », - Gilles Chapadeau, conseiller régional FTQ

Rouyn-Noranda le 8 octobre 2008 – « Dans le dossier de Champneuf, nous avons exposé clairement nos griefs face aux agissements de la conférence régionale des élus (CRÉ). Rappelons que celle-ci avait choisi de rencontrer Abitibi-Bowater et d’ignorer totalement la municipalité et les travailleurs. Sa défense a été de vouloir de personnaliser le débat et de dire qu’en Abitibi-Témiscamingue, les choses ne se faisaient pas via les médias, mais bien face à face, au lieu d’admettre qu’elle avait commis des erreurs », a déclaré M. Chapadeau.

Cette fois, dans le dossier du transfert de CAAF d’Optibois vers l’usine de matériaux Blanchette, « nous nous serions attendus à ce que la CRÉ suive ce concept et convoque les représentants des travailleurs afin de connaître leur opinion avant de donner l’avis à la ministre Boulet », a déclaré M. Chapadeau.

« Mais non, encore une fois, la CRÉ a choisi de faire abstraction de la position des travailleurs et de leurs représentants. Elle a également choisi de faire fi de la procédure établie par l’ancien ministre des Ressources naturelles et de la Faune, Pierre Corbeil, qui a été reprise par le ministre Béchard. Selon cette procédure, avant d’émettre un avis au ministre, la CRÉ a le devoir de consulter et de rapporter la position des syndicats concernés », a expliqué M. Chapadeau.

« Ceux à la CRÉ qui plaident pour la régionalisation des pouvoirs devront trouver de bons arguments pour redonner confiance aux travailleurs, car à plusieurs reprises, ils nous ont totalement ignorés. Nous comptons bien faire connaître nos doléances à la ministre notamment quant aux agissements de la CRÉ en Abitibi-Témiscaminque », a fait valoir le conseiller régional de la FTQ

Nous en avons assez de l’arrogance de la CRÉ

« Ils vont nous rencontrer sur leur chemin, ce n’est pas vrai que l’on va faire rire de nous de cette façon sans poser de gestes. Ceux qui ont passé leur vie à travailler dans cette industrie se doivent d’être respectés par cette bureaucratie régionale qui se prend pour le gouvernement et qui ne respecte même plus les directives du ministre », a ajouté, pour sa part, Carl Proulx, représentant national du Syndicat canadien des communications, de l’énergie et du papier (SCEP) dans la région.

La FTQ est la plus grande centrale syndicale québécoise avec plus de un demi millions de membres.

-30-

Source : Conseil régional FTQ
Renseignements : Gilles Chapadeau, 819-279-7828
Carl Proulx, 819-444-7258