En Abitibi-Témiscamingue, on est toujours fous de nos enfants

Rouyn-Noranda, le 29 janvier 2016 – Le RCPE 08-10 (regroupement des centres de la petite enfance de l’Abitibi Témiscamingue et du Nord du Québec), la CSN, la FIPEQ (CSQ), la FTQ, les groupes communautaires, unissent leur voix pour inviter la population d’Abitibi à venir manifester contre les coupures imposées aux CPE le 7 février 2016 à 10 h devant le CPE Bonaventure de Rouyn-Noranda.

Les représentants régionaux du regroupement des centres de la petite enfance de l’Abitibi Témiscamingue et du Nord du Québec (Le RCPE 08-10), du Conseil central de l’Abitibi-Témiscamingue-Nord-du-Québec (CSN), de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ) de la FTQ et du RÉPAT (Regroupement d’éducation populaire de l’Abitibi-Témiscamingue) unissent leurs voix pour s’opposer au saccage programmé des centres de la petite enfance (CPE) par le gouvernement Couillard.

Depuis 2006, les coupures dans le secteur des centres de la petite enfance totalisent plus de 400 millions de dollars. Pour l’année en cours, le gouvernement a annoncé des coupures additionnelles de 120 millions de dollars. Dans ce contexte, il est faux de croire que ces nouvelles compressions n’affecteront pas la qualité des services éducatifs offerts aux enfants.

En contrepartie de ces coupures, les usagers des services éducatifs à la petite enfance devront bientôt acquitter la facture des augmentations modulées. Le niveau de ces augmentations est déterminé en fonction de la déclaration annuelle de revenu. Dans certains cas, les augmentations atteindront jusqu’à 12.70 $ par jour et par enfant. La facture pourra s’élever à plusieurs milliers de dollars pour certaines familles. L’abandon du tarif unique, en plus de faire échec au principe de l’accessibilité universelle, constitue une double imposition.

Un parti pris évident
L’ancienne ministre de la Famille, Francine Charbonneau, a affirmé que pour le gouvernement, il n’y avait pas de différence entre le secteur des garderies privées et publiques. Les politiques mises de l’avant révèlent pourtant un parti pris évident envers les garderies commerciales. Grâce aux crédits d’impôt, il est même devenu plus avantageux pour certains contribuables d’envoyer les enfants dans ce type d’installation. Pourtant, rien ne justifie l’entêtement à privilégier les garderies commerciales.

Le modèle des CPE est une pièce maîtresse de la politique familiale du Québec. Les services sont offerts par des travailleuses en petite enfance mieux formées, elles ont de meilleures conditions de travail, le taux de roulement du personnel est plus bas qu’ailleurs et on y offre des programmes éducatifs de meilleure qualité. L’étude récente de l’Institut de la statistique démontrer d’ailleurs l’important écart de qualité entre les CPE et les garderies commerciales. D’un strict point de vue économique, il a également été démontré que pour chaque dollar investi dans les CPE, le gouvernement récupère 1.50$. En plus d’être beau et bon, c’est un modèle rentable!

Un défi lancé à Luc Blanchette et Guy Bourgeois

Les cinq organisations tiennent également à lancer un défi aux députés libéraux de la région. Confronté aux coupures, le député et ministre de Rouyn-Noranda Témiscamingue, Luc Blanchette, n’a pas été en mesure de les défendre. Il s’est contenté d’annoncer qu’il ferait des visites dans les CPE de la région. Ça va prendre plus que des visites de CPE pour rassurer la population. Nous lançons un appel aux députés d’Abitibi-Témiscamingue afin qu’ils dénoncent les coupures et s’engagent à réinvestir dans les services à la petite enfance. On veut qu’ils livrent un message clair à leur collègue du ministère de la Famille, Sébastien Proulx.

Rendez-vous dans la rue le 7 février 2016!

La population est conviée à une grande manifestation pour démontrer son soutien au modèle québécois des centres de la petite enfance. Le 7 février 2016, des autobus partiront des quatre coins de la région pour converger vers le CPE Bonaventure de Rouyn-Noranda, situé au 259, avenue Principale. Le cortège partira à 10 h AM. Entre-temps, les chaînes humaines se poursuivent partout en région.