Journée de réflexion pour l’intégration et le maintien en emploi des personnes immigrantes

Plus de 55 personnes ont assisté à cette rencontre organisée par la FTQ avec le support du Fonds de solidarité de la FTQ. Cette journée, couronnée de succès, aura permis à de nombreux participants et participantes de tous les milieux de faire connaitre les services qui sont présentement offerts aux personnes immigrantes dans la région, en plus d’amorcer une plus grande concertation entre les différents intervenants et intervenantes de notre secteur. Tous et toutes ont salué l’initiative de la FTQ d’organiser cette rencontre régionale.
Même si l’Abitibi est une région relativement jeune, elle a déjà été l’une des plus cosmopolites du Québec; par exemple, nous savons que les personnes immigrantes ont aidé à combler certains besoins de main-d’œuvre jusqu’aux alentours des années 1960 – pensons seulement au secteur minier.

On retrouve dans l’histoire de la région deux vagues d’immigration : une première dans les années 1920 et une seconde à la suite de la deuxième guerre mondiale. Entre 1921 et 1930, quelque 1 500 immigrants se sont établis en Abitibi, et, entre 1946 et 1951, la région en a accueilli 2 400. Un peu plus tard, soit vers les années 1960, l’Abitibi-Témiscamingue a accueilli des personnes d’Afrique du nord et de Haïti : ces derniers ont surtout travaillé dans le domaine de la santé et celui de l’éducation.

L’accueil et l’intégration des nouveaux arrivants doivent devenir une priorité pour le monde du travail au Québec, et particulièrement dans les régions. Cette journée de réflexion était l’occasion pour tenter de favoriser le développement de relations harmonieuses entre les différentes communautés présentes dans nos milieux de travail. C’était aussi une opportunité de s’interroger et de prendre conscience des difficultés que vivent les nouveaux arrivants, et de travailler tous ensemble à faciliter leur intégration.