La formation socio-économique qui s’est tenue les 13 et 14 octobre 2010 aura été une occasion pour réfléchir et échanger

La formation socio-économique qui s’est tenue les 13 et 14 octobre 2010 aura été une occasion pour réfléchir et échanger les points de vue sur le développement économique en Abitibi-Témiscamingue et au Nord-du-Québec.

Nous vivons dans une région de contrastes : d’une part la région est frappée depuis 2005 par une crise forestière qui n’en finit plus, et d’autre part un boom minier et une effervescence de nouveaux projets qui sont soit annoncés, soit à l’étape de rumeur.
Les personnes qui ont participé à cette rencontre ont tous déploré le fait que, malgré l’abondance de ressources naturelles, il s’y fait très peu de transformations. C’est la raison pour laquelle nous avions invité Jean-Marc Crevier, conseiller régional pour la région du Saguenay-Lac St-Jean , ainsi que Luc Roby, directeur général de la Vallée de l’Aluminium, à venir partager leur expérience en matière de transformation de l’aluminium. Nous avons été à même de constater les difficultés que nos collègues ont rencontrées pour en arriver à être en mesure aujourd’hui de faire de la deuxième et troisième transformation dans leur région.
Cette formation a été aussi l’occasion d’entendre les présentations de Raymond Grenier, directeur du Fonds régional de solidarité, Johanne Jean, rectrice de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, Gaétan Lavallière et Marie-Pier Bernard, respectivement directeur et ajointe à la direction de MISA (Mine, Innovation, Solution, Application) sont également venus.

Les participants ont identifié la nécessité d’établir un suivi. Le conseil régional FTQ aura la responsabilité de mettre sur pied un plan d’intervention, en priorisant certaines actions.