« La salubrité de nos écoles, n’est pas négociable; par leur négligence, certaines commissions scolaires mettent en danger la santé des étudiants et des travailleurs » – Gilles Chapadeau, conseiller régional FTQ

Val-d’Or, le 22 octobre 2007 – Certaines Commissions scolaires mettent en danger la santé des élèves et du personnel de leurs écoles en négligeant l’entretien ménager de leurs installations. La politique de réduction du personnel d’entretien et de sous-traitance, pratiquée par ces commissions scolaires, fait en sorte qu’il n’y a plus suffisamment de travailleurs pour suffire à la tâche.

La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) et les sections locales 317, 1365, 1366 et 1911 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) dénoncent cette politique. « Nous avons tenté à plusieurs reprises de faire comprendre le bon sens aux dirigeants de ces commissions scolaires, mais en vain. Leurs obstinations et leurs visions à courte vue n’ont aucun sens », ont déclaré les représentants syndicaux du SCFP.

Un jeu dangereux

« Les dirigeants de ces commissions scolaires sont en train de jouer à la roulette russe avec la santé des enfants et des travailleurs pour des économies de bout de chandelle, c’est inacceptable. Les coupures qui ont été faites dans certains établissements de santé et qui ont mené à l’éruption d’infections bactériennes de toutes sortes, devraient leur servir de leçon », a déclaré le représentant de la FTQ en Abitibi-Témiscamingue – Nord-du-Québec, Gilles Chapadeau.

Les dirigeants de ces commissions scolaires doivent mettre fin aux coupures de personnel et à la sous-traitance, de conclure les représentants syndicaux.