« La vente de Canadian Royalties à des intérêts étrangers ne doit pas représenter une perte pour Val-d’Or et pour la région » - Gilles Chapadeau, représentant régional FTQ

Rouyn-Noranda le 30 octobre 2009 – La vente de Canadian Royalties à des intérêts étrangers a soulevé énormément d’inquiétudes au cours des derniers jours, autant à Val-d’Or que dans le reste de la région. Ces inquiétudes se sont manifestées par des déclarations, entre autres, du maire de Val-d’Or, qui, à juste titre, voulait s’assurer que cette vente ne représentait pas des pertes d’emploi, ni des pertes au niveau de l’utilisation des infrastructures en place dans sa municipalité.

« Les différents paliers de gouvernement ont mis beaucoup d’argent pour doter Val-d’Or des infrastructures permettant l’exploitation de la mine. Ceux-ci se doivent d’obtenir les garanties que les nouveaux acquéreurs utiliseront ces infrastructures, qui ont été construites de façon à développer cette mine », a déclaré Gilles Chapadeau, conseiller régional
de la FTQ.

« De même, nous croyons qu’il est important que les acquéreurs respectent les ententes signées par Canadian Royalties avec la communauté Inuit. Il est également à souhaiter que les nouveaux acquéreurs continuent, comme l’a fait Canadian Royalties, d’utiliser au maximum les compétences locales qui ont jusqu’à maintenant été mises à profit pour le développement de la mine » a ajouté monsieur Chapadeau.

Ce dernier fait valoir que « l’exploitation de cette mine se doit de profiter à Val-d’Or, à toute la région et au Québec. C’est le message que nous souhaitons passer aux nouveaux acquéreurs ».