« Les conservateurs, c’est cinq ans de mépris et de reculs. Leur bilan économique et social est on ne peut plus désolant » – Gilles Chapadeau, conseiller régional de la FTQ

Harper à Val-d’Or : « Une visite rare dont on aurait pu se passer »

Val-d’Or, le 19 avril 2011 – « Les travailleurs et les travailleuses de la région, de même que la très grande majorité de la population, se souviendront longtemps des années de pouvoir des conservateurs de Stephen Harper parce qu’ils ont été les enfants pauvres de ses politiques. Alors que l’industrie forestière était en pleine débâcle et qu’on perdait des milliers d’emplois dans la région, le premier ministre et sa clique faisaient la sourde oreille à nos demandes d’aide », a indiqué Gilles Chapadeau, conseiller régional de la FTQ en Abitibi-Témiscamingue et Nord-du-Québec, à l’occasion du passage de Stephen Harper à Val-d’Or.

« C’est une visite rare dont on aurait pu se passer, a-t-il ajouté, mais on lui a organisé un comité d’accueil pour lui signifier notre mécontentement à l’endroit de ce gouvernement qui méprise les travailleurs et les travailleuses de la région ».

Le conseiller régional de la FTQ a rappelé qu’alors que l’industrie automobile ontarienne a reçu une dizaine de milliards de dollars de la part du fédéral, que le faste du G8 et du G20 a coûté plus d’un milliard de dollars et que les subventions à l’industrie pétrolière de l’Alberta tombaient elles aussi à coup de milliards, seulement 180 millions de dollars ont été octroyés, pour l’ensemble du Canada, à l’industrie forestière aux prises avec des difficultés sans précédent.

La FTQ : pour le Bloc

Soulignant que l’instance décisionnelle entre les congrès de la FTQ, le Conseil général, avait donné son appui au Bloc Québécois et appelé ses membres à soutenir activement ses candidats et ses candidates le 2 mai prochain, Gilles Chapadeau s’est dit fier d’être aux côtés du Bloc.

« C’est un parti dont le programme et les orientations correspondent aux préoccupations de la FTQ. Que ce soit sur la défense des droits sociaux, des droits du travail ou sur les politiques économiques, le Bloc est de notre camp. Pensons à l’accessibilité à l’assurance-emploi, à l’amélioration des revenus à la retraite, à la défense des droits des femmes, à celle des personnes immigrantes, ou encore à la nécessité de préserver nos services publics », a-t-il ajouté.

« Je lance un appel à toute la population et surtout à ceux et celles qui sont souvent désabusés par la politique, pour que tous ensemble, on se rende aux urnes le 2 mai prochain, qu’on batte les conservateurs et qu’on mandate le Bloc québécois pour nous représenter à Ottawa et défendre nos intérêts jour après jour », a conclu Gilles Chapadeau.