Lettre au Président de la Chambre de commerce et d’industrie de Rouyn-Noranda

Monsieur Jean-Claude Loranger
Président de la Chambre de commerce et d’industrie de Rouyn-Noranda

Monsieur Loranger,

La présente fait suite à l’article « Mot de votre président », paru le 8 novembre 2011 dans votre dernier bulletin « BULLXPRESS ».

À la lecture de votre article, il est évident qu’il vous manque de l’information, tant sur le placement syndical que sur le contenu en général du projet de loi 33. Lorsque vous parlez du placement syndical comme étant un problème, vous auriez avantage à consulter vos propres membres, ceux-là mêmes qui régulièrement se réfèrent au bureau de la FTQ-Construction dans la région afin de recevoir de l’aide pour trouver de la main-d’œuvre, et qui voient dans cette méthode un avantage, et non un problème. De plus, je vous invite à écouter les entrevues données par Matthias Rioux, par Jean Cournoyer (ex-ministre du Travail) ou même par Jean Sexton qui faisait partie de la Commission Cliche : ils ne sont nullement du même avis que la ministre Thériault concernant le placement syndical.
Pour ce qui est du fonds de formation, c’est ce qui permet de dire aujourd’hui que les travailleuses et les travailleurs de la construction sont les mieux formés et les plus compétents de toute l’Amérique du Nord. La formation professionnelle doit être encadrée par les associations représentatives syndicales et patronales. Ce fonds doit demeurer dans les mains des parties.

Pour ce qui est de la transparence à laquelle vous faites allusion dans votre article, nous n’avons certainement pas de leçon à recevoir de la Chambre de commerce et encore moins du Conseil du patronat. Nos membres sont parfaitement informés des états financiers de leur syndicat, et les organisations syndicales se sont en tout temps conformées aux dispositions du Code du travail.

Vous alléguez dans le bulletin que vous avez consulté des employeurs, et que ceux-ci ont demandé de garder l’anonymat pour de pas faire l’objet de représailles : cette affirmation nous laisse pour le moins perplexes puisqu’ici en région aucun incident n’a été signalé et aucune plainte n’a été reçue à la CCQ jusqu’à ce jour. Alors, monsieur Loranger, de quoi parlez-vous?

Je joins une copie du mémoire présenté par la FTQ et la FTQ-Construction, et si vous désirez en connaître davantage sur ce qui se passe dans le secteur de la construction, je vous invite à nous rencontrer, au lieu de répandre des rumeurs qui ne servent ni l’intérêt de vos membres, ni le développement de la région. Je suis disposé à vous rencontrer, vous et vos membres, si vous souhaitez obtenir de première main toute l’information pertinente.

Gilles Chapadeau
Conseiller régional FTQ-ATNDQ