Lettre au Président de Tembec

Rouyn-Noranda, le mardi 7 septembre 2010

Monsieur James Lopez
Président et chef de direction
Tembec
10, chemin Gatineau, C.P. 5000
Témiscaming (Québec)
J0Z 3R0

Monsieur

Depuis plus de cinq ans, nous avons été témoins de nombreuses fermetures d’usines. Des milliers de travailleurs et travailleuses, de même que leurs familles, ont été les victimes de cette crise qui sévit dans le secteur forestier. D’autres, sans avoir eu une confirmation que leur usine va fermer définitivement, ont vécu et continuent de vivre dans l’incertitude. À chaque jour, ils doivent se lever en se demandant de quoi sera fait le lendemain.
Lire la lettre du député d’Abitibi-Témiscamingue, François Gendron.
Lire la lettre du député d’Abitibi-Témiscamingue, Marc Lemay.

À écouter les sorties médiatiques qui ont été faites au cours des dernières semaines par certains représentants syndicaux et à l’occasion maires de municipalités, je qualifierais celles-ci de cris du cœur lancés tant à votre entreprise qu’aux élus de la région. À mon avis, ces cris du cœur se doivent de trouver écho, car ces gens cherchent des réponses, ils souhaitent être en mesure de répondre à leur propre famille, qui elles aussi sont victimes de cette situation. Ils se sentent tout simplement pris en otage.

Ils ont également dénoncé le fait que leurs usines, présentement fermées de façon indéfinie, fait en sorte que les travailleurs et travailleuses se retrouvent à ne pas être admissible à certains programmes mis en place par le gouvernement du Québec. D’autres ne sont même pas sûrs d’accumuler les heures suffisantes pour avoir droit à l’assurance-emploi.

Toutes les entreprises du secteur forestier traversent des périodes difficiles et nous en convenons; toutefois, les choix que les entreprises font ont un impact direct sur ces mêmes travailleurs. Dans le cas de Tembec, votre choix d’acheter 80% des copeaux en Ontario plutôt que de vos usines dans la région soulèvent de nombreuses questions.

Sans prétendre que Tembec devrait acheter 100% de ses copeaux au Québec, il y aurait surement de la place à se questionner sur le ratio qui est utilisé présentement.

Sur ce point je fais appel à la conscience sociale de votre entreprise en vous demandant de réviser les façons de faire actuelles de Tembec.

Je vous rappelle que toutes les entreprises vivent la crise actuelle, mais que certaines ont démontré plus de sensibilité envers ceux et celles qui sont aussi victimes de la crise, c’est-à-dire les travailleurs et leurs familles.

Je vous prie d’agréer, Monsieur, mes sincères salutations

Gilles Chapadeau
Conseiller Régional FTQ
Abitibi-Témiscamingue/Nord du Québec

c.c. Pierre Corbeil, Ministre régional
Daniel Bernard, député de Rouyn-Noranda–Témiscamingue
Marc Lemay, député d’Abitibi-Témiscamingue
François Gendron, député d’Abitibi-Ouest
Michel Arsenault, président de la FTQ
René Roy, secrétaire général de la FTQ
Renaud Gagné, vice-président du SCEP
Carl Proulx, représentant régional SCEP
Lucien Côté, président section locale 3057 et maire de Taschereau
Ronald Nantel, président section locale 3094
Normand Houde, maire de La Sarre
Ulrich Chérubin, président CRÉAT