UN AUTRE PROJET CRÉATEUR D’EMPLOI MAIS QUI SOULÈVE DE NOMBREUSES QUESTIONS

Les consultations sur l’étude de préfaisabilité du projet Nickelfère Dumond ont débuté le 3 mars 2010 à Amos. Plus de cent (100) personnes ont assisté à cette rencontre, dont Gilles Chapadeau, conseiller régional à la FTQ ainsi qu’André Racicot, président du Conseil régional et de la section locale 9291 du Syndicat des Métallos.

Dans ce projet de mine à ciel ouvert, deux hypothèses d’exploitation ont été étudiées : une première avec une quantité de minerai usiné par jour de quatre-vingt-mille (80 000) tonnes, et une seconde avec cent-mille (100 000) tonnes par jour. La durée du projet est estimée à trente-et-un (31) an pour la première hypothèse, et à vingt-cinq (25) ans pour la seconde. Ce projet devra toutefois surmonter de nombreux défis, entre autres en ce qui a trait à la proximité des eskers tant de la municipalité de Launay que celle d’Amos. Bien entendu, il faudra tenir compte des gens qui habitent sur le site projeté de cette construction de mine.
Selon les chiffres présentés par Royal Nickel, c’est plus de mille (1000) emplois créés avec la construction de cette mine, et plus de cinq-cents (500) au moment des opérations. Nous continuerons à suivre ce projet de près.