Une assemblée publique du Front commun à Val d’Or

Val d’Or, le 9 octobre 2009 – Le 13 octobre prochain, les représentantes et les représentants nationaux du Front commun SISP, CSN et FTQ participeront à Val d’Or, à une assemblée publique toute spéciale. Réjean Parent, du SISP, Louis Roy de la CSN et Alain Tessier, de la FTQ rencontreront les travailleuses et les travailleurs des secteurs public et parapublic et les citoyennes et les citoyens à qui les enjeux des prochaines négociations tiennent à cœur.

Les représentantes et les représentants régionaux du Front commun appellent les membres de leurs organisations respectives ainsi que la population en général à participer massivement à cet événement où il sera notamment question de l’importance de préserver et d’améliorer nos services publics en Abitibi-Témiscamingue. À l’aube d’un grand débat social autour de la question des finances publiques, la ronde de négociations qui s’ouvre concerne vraiment tout le monde : les résultats de ces négociations auront des impacts considérables sur la qualité et l’accessibilité des services publics, en Abitibi-Témiscamingue comme ailleurs.

Des services publics indispensables

« Les secteurs public et parapublic, ce sont des centaines de milliers de travailleuses et de travailleurs passionnés qui assurent au quotidien des services indispensables pour notre qualité de vie, et ce, dans des conditions parfois bien difficiles. Il est important de souligner leur contribution au bien-être collectif de notre société, de valoriser leur travail que certains prennent un malin plaisir à dénigrer », a déclaré Gilles Chapadeau, représentant régional de la FTQ.

Pour Donald Rheault président du conseil central de la CSN, les salarié-es de l’État ne font que réclamer une véritable négociation. « Les employé-es du secteur public n’ont pas à courber l’échine ni à avoir honte de réclamer des conditions de travail décentes. Ils méritent d’obtenir la reconnaissance qui leur est due. Les gels de salaires et les décrets font mal à nos services publics. Les pénuries de personnel s’étendent aujourd’hui à presque tous les titres d’emploi : un virage s’impose

Une façon différente de négocier

« Le Front commun vise des négociations rapides. Les syndicats ont identifié quelques cibles de négociation afin de mettre la table à un règlement satisfaisant avant l’échéance du décret, le 31 mars prochain. Nous invitons le gouvernement à mettre de côté les stratégies d’affrontement et à saisir l’occasion de conclure des ententes négociées, au bénéfice de toute la population », ajoute Lyne Lemelin, représentante régionale du SISP.

Le Front commun regroupe 475 000 travailleuses et travailleurs des réseaux public et parapublic de la santé et des services sociaux, de l’éducation, de la fonction publique et de certains organismes gouvernementaux. Ils sont membres de syndicats affiliés aux organisations composant le Secrétariat intersyndical des services publics, à la Confédération des syndicats nationaux et à la Fédération des travailleuses et des travailleurs du Québec.

-30-

Pour renseignements : Gilles Chapadeau
FTQ
819 279-7828