UNE AUTRE JOURNÉE SOMBRE POUR LEBEL-SUR-QUÉVILLON

L’annonce de la fermeture temporaire de la mine Langlois à Lebel-sur-Quévillon est venue jeter une douche froide sur toute une population qui, depuis trois ans, vit avec un lock-out où plus de 425 travailleurs ont été touchés en plus de l’ incertitude quant à la scierie Comtois (Abitibi-Bowater) qui, à maintes reprises, a due cesser ses opérations.

La population de Lebel-sur-Quévillon fondait de grands espoirs dans le secteur minier. Beaucoup de travailleurs souhaitaient passer du secteur forestier au secteur minier. Cette fermeture même temporaire ne fait que monter d’un cran l’incertitude qu’a à vivre toute la population.

Breakwater souhaite continuer la formation, même accentuer celle-ci et profiter de cette fermeture temporaire pour préparer une main-d’œuvre pour une réouverture éventuelle.

L’entreprise a justifié cette fermeture par la baisse du prix du zinc sur le marché mondial.